Archives de catégorie : Métaux lourds & schizophrénie

Influences des métaux lourds , comme le mercure , l’aluminium ,le cadmium , sur le cerveau
et l’organisme

TOXICITÉ des métaux lourds dans la SCHIZOPHRÉNIE

Journal of Orthomolecular Medicine Vol. 23. No. 2, 2008 —- Orthomolecular Treatment For Schizophrenia: A Review (Part Two)

Toxicité des métaux lourds dans la schizophrénie _ Ray Pataraccia

les-schizonautes.fr

Causes de la schizophrénie

Excès de métaux lourds dans la schizophrénie

Les métaux lourds sont couramment trouvés dans la schizophrénie et d’autres problèmes de santé mentale. Les métaux lourds peuvent détruire le tissu cérébral et laisser les cellules cérébrales compromises au niveau structurel et fonctionnel.

L’excès de cuivre et de mercure est associé à la formation d’hallucinations. Cependant, l’excès de cuivre est la principale neurotoxine parmi les de métaux lourds en excès observés dans la schizophrénie.
Ici, nous voyons une hyperstimulation de la voie dopaminergique, noradrénaline et épinéphrine. En théorie, si ces neurotransmetteurs étaient libérés à des concentrations plus élevées pendant les périodes de stress (par exemple pendant l’adolescence ou au début de la vingtaine, période de début la plus fréquente de la schizophrénie) et dégradés en hallucinogènes, cela pourrait provoquer des symptômes psychotiques.

La plupart des métaux lourds sont des radicaux libres qui induisent un stress oxydatif (peroxydation lipidique) et ont une affinité pour le tissu cérébral.- La neurotoxicité induite par les radicaux libres et le stress oxydatif sont impliqués comme facteurs causatifs de la schizophrénie.- Ces radicaux libres compromettent les capacités et / ou détruisent le tissu cérébral et, ce faisant, font diminuer la disponibilité de tissu cérébral viable. Notez que d’autres mécanismes de compromis du tissu cérébral sont impliqués dans la schizophrénie, de sorte que la charge supplémentaire de métaux toxiques doit être évitée.
Des niveaux élevés de métaux lourds sont associés à une pathologie schizophrénique.
Il n’est pas rare de voir des niveaux toxiques de cuivre, de plomb, de mercure, d’aluminium, d’arsenic et de cadmium chez les schizophrènes. Nous trouvons certains des cas schizophréniques les plus avancés parmi ceux ayant trois métaux lourds ou plus. La toxicité des métaux lourds est également associée au TDAH, à l’anxiété, au trouble obsessionnel-compulsif, à la dépression, au trouble bipolaire et à la démence.

Les métaux lourds sont excrétés en utilisant la protéine éliminant le métal du corps, la métallothionéine –
En éliminant les métaux lourds du corps des, cette protéine perd le zinc. La perte de zinc dans la schizophrénie compromet à son tour la capacité de transcrire des protéines et de fabriquer des neurotransmetteurs. Les chercheurs reconnaissent que les voies de transcription des protéines cérébrales sont compromises dans la schizophrénie
. La carence en zinc est associée à la schizophrénie et à plusieurs autres pathologies psychiatriques, y compris la dysfonction de l’humeur et la démence.


Le plomb perturbe la fonction mentale. Les niveaux de plomb toxiques sont associés à la psychose. La toxicité du plomb est également associée aux troubles du comportement, aux troubles de l’humeur, aux troubles d’apprentissage, à l’insomnie, aux troubles immunitaires, aux lésions cérébrales et au développement retardé du nourrisson. Il a été démontré que le plomb perturbe le transport de l’hormone thyroïdienne (T4) dans le cerveau. Si vous êtes un citadin, vous êtes exposé au plomb et le risque de toxicité du plomb augmente avec l’âge. Avec l’utilisation répandue de pesticides, le plomb s’accumule dans la chaîne alimentaire. Le plomb se trouve dans les peintures, les couleurs d’impression, le verre, les batteries, les produits antirouille, les alliages et les vieilles conduites d’eau et baignoires.
Le mercure est toxique et n’a aucun usage thérapeutique; en fait, il perturbe le métabolisme de la dopamine et de la norépinéphrine.17 Il n’est pas rare de trouver du mercure élevé chez les patients atteints de schizophrénie. Le mercure se trouve dans les lumières fluorescentes, les vaccins, les thermomètres et les poissons, les animaux et les plantes exposés à des environnements toxiques. Les obturations dentaires contiennent en moyenne environ 40% de mercure, ce qui peut entraîner une lixiviation électrolytique. Le mercure provoque souvent des maux de tête, de l’irritabilité nerveuse, un déclin de la mémoire, une dépression, une fatigue rapide, des nausées, des maux d’estomac et des susceptabilités allergiques. Le mercure a une forte affinité pour le cerveau mais aussi pour le foie, les reins et la rate.
L’aluminium peut être toxique chez les patients atteints de schizophrénie, de troubles de l’humeur, de la maladie d’Alzheimer et de pathologies du système digestif. L’aluminium perturbe la fonction enzymatique et est bien documenté pour perturber la cognition, l’apprentissage et la mémoire. Les sources environnementales de l’aluminium comprennent les ustensiles de cuisine en aluminium (notamment pour chauffer et déglacer avec un acide tel que le vinaigre ou le vin), les boîtes à boire, les fromages fondus, les déodorants et l’eau potable (l’aluminium est plus soluble) .

les-schizonautes.fr
CUIVRE – En concentrations excessives, le cuivre a un effet toxique et, dans la schizophrénie, contribue à l’oxydation excessive des catécholamines, dont les produits finaux sont des hallucinogènes toxiques instables. Nous avons observé que la toxicité du cuivre est le profil le plus courant des métaux lourds dans la schizophrénie. Il est également associé au TDAH, à l’autisme, à la dépression, à l’anxiété, au trouble bipolaire et à la paranoïa. Avec la toxicité du cuivre, on observe une carence clinique en zinc. Le cuivre est abondant dans les aliments et dans l’eau, comme on le trouve dans les sols, les pesticides et les aliments pour animaux. Depuis la Seconde Guerre mondiale, nous avons été exposés à des niveaux plus élevés de cuivre en raison de la tuyauterie de cuivre dans les maisons modernes et de l’utilisation généralisée des pilules contraceptives (à base d’œstrogènes). Les autres sources de cuivre comprennent les théières en cuivre, les jacuzzis ou les piscines traitées au sulfate de cuivre, l’eau potable, les plombages dentaires, les vitamines prénatales et le cuivre DIU’s.

Excès de cuivre: Les symptômes physiques associés à l’excès de cuivre comprennent l’apathie du foie, infection virale (mononucléose, hépatite), infection fongique (levure), blocage de la vésicule biliaire, mauvaise libido (hommes et femmes), fausse couche, infertilité et cancer. Les symptômes de santé mentale associés à l’excès de cuivre comprennent la dépression hormonale, la dépression post-partum, l’agressivité, le syndrome prémenstruel, la paranoïa, la psychose et les symptômes du TDAH, y compris l’agitation, la faible concentration, l’inattention, l’impulsivité.

Les neuroleptiques, les antibiotiques, les antiacides, la cortisone, le Tagamet, le Zantac et les diurétiques favorisent souvent la biochimie dominante du cuivre.
Le foie produit les protéines régulatrices du cuivre, la métallothionéine et la céruloplasmine et, avec une fonction thyroïdienne faible, leur synthèse protéique hépatique est diminuée. Le corps tente d’éliminer l’excès de cuivre en l’excrétant du foie par l’excrétion de la vésicule biliaire à l’intestin.
La vitamine B3, la vitamine C et le zinc sont cliniquement utiles en raison de leur antagonisme physiologique au cuivre –

Les schizophrènes rechutent lorsque la fonction thyroïdienne est faible. Une fonction thyroïdienne médiocre favorise la rétention des métaux lourds. Inversement, les métaux lourds semblent jouer un rôle majeur dans le blocage de la conversion des enzymes T4 en T3. – L’élimination des métaux lourds implique la mobilisation et l’élimination du métal, ce qui est souvent préférable après optimisation de la fonction thyroïdienne. Les organes impliqués dans l’élimination du métal ont tendance à fonctionner plus efficacement lorsque le métabolisme thyroïdien est intact. Il est également essentiel d’éviter les expositions environnementales aux métaux lourds. les-schizonautes.fr

   Send article as PDF   

Métaux lourds & schizophrénie

1. Toxicité des métaux lourds dans la schizophrénie ( bibliothèque orthomoléculaire – R Pataraccia )

2. La toxicité du mercure et sa relation avec les pathologies neurologiques. Sous titres en français – https://www.youtube.com/watch?v=VeaZO61O5Vk

3. Doc Christopher Exley – Aluminium, le corps blessé… Une invasion toxique – vidéo, sous titres en français https://www.youtube.com/watch?v=Ju4-lKwQ4ak

4. Des jeunes de Grassy Narrows dénoncent 50 ans d’empoisonnement au mercure. vidéo sous titres en français – https://www.youtube.com/watch?v=HHT3RiCYLU0

Chelations

1. Détox naturelle des métaux lourds – vidéo – sous titres en français : par le docChristopher Shade – https://www.youtube.com/watch?v=ja7e59x5Rio

2. Détox naturelle – conférence du doc Christ. Shade traduite par Gwénola Le Dref du site http://pourquelarouetourne.com/

3. Le Silicium permet de détoxifier l’organisme de l’aluminium (et des métaux lourds)
https://www.youtube.com/watch?v=fPOOwJ_c9jg

4. Le Dr Mercola interroge Boyd Haley sur le traitement de la toxicité du mercure
https://www.youtube.com/watch?v=m7uaObibomo – sous titres en français

5. Le protocle de Dietrich Klighardt – en français fichier pdf

   Send article as PDF